Le textile du futur la joue technique

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Déjà un pied dans l'avenir. Après l'exposition Futurotextiles au Tri Postal, la métropole accueille aujourd'hui et demain la seconde édition de Futex à Marcq-en-Baroeul. Cette convention internationale sur les textiles du futur fera le point sur le développement des nouveaux produits, l'état de la recherche et les besoins en aval... Avec plus de 150 entreprises intervenant dans ce secteur, le Nord-Pas-de-Calais est, avec Rhône-Alpes, la région française la plus représentative de cette filière, dont la croissance atteint 5 % par an. « Le coût du pétrole incite les industriels du transport à remplacer le métal par du textile pour alléger les véhicules », cite, à titre d'exemple, Bernard Deltête, ex-directeur régional de l'institut français du textile-habillement.

Malgré ce succès annoncé, le textile technique – conçu pour résister et protéger des conditions extrêmes de chaleur, de froid, de pression – ne remplacera jamais son homologue traditionnel en termes d'emplois ou de chiffre d'affaires. « Ça reste des marchés de niches, mais c'est une voie de diversification pour maintenir l'emploi », explique Jean-François Bracq, secrétaire général de Clubtex, une association qui regroupe une soixantaine de sociétés locales. Gourmand en recherche et développement, le secteur n'échappe pas à la concurrence internationale et traverse localement certaines difficultés, comme en atteste la récente fermeture de Serolatex à Roubaix. « Ça reste néanmoins l'avenir du textile », martèle André Beirnaert, président du pôle de compétitivité Up-Tex. Et de bien d'autres filières. Car en raison de son usage transversal, le textile innovant touchera bien d'autres domaines.

Thierry Butzbach