Les restaurants belges ne mégotent plus

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

L'odeur de cuisine a définitivement supplanté celle de la clope. Dans tous les restaurants belges depuis lundi, c'est une ambiance non-fumeur qui est au menu, comme Chez Henri, une petite friterie de Comines, juchée sur la frontière. « Je viens à peine de ranger les cendriers et je n'ai même pas commandé les panneaux signifiant l'interdiction », explique Sandy, la gérante. Pour autant, pas question de déroger à la bonne résolution belge de 2007. « En arrivant, j'ai sorti mon paquet machinalement, avoue Stéphane, un travailleur français qui fréquente les lieux deux fois par semaine. Et puis Sandy m'a dit que ce n'était plus possible depuis lundi. Alors j'attendrai de sortir d'ici pour m'en griller une. Arrêter le temps d'un repas, ce n'est pas mortel ! » Accoudé au bar devant un demi, Dany, lui, savoure : « C'est vrai que c'est quand même plus sympa sans l'odeur de cigarette. » Pas de quoi rassurer Sandy qui, comme nombre de restaurateurs transfrontaliers, craint l'exil de ses habitués vers la France. « J'ai arrêté de fumer il y maintenant six mois. C'est parfois dur de supporter l'odeur. Mais j'aurai préféré ça plutôt que l'interdiction totale. »

En tout cas, la ruée vers les restaurants français tant redoutée ne s'est pas produite hier comme l'explique la gérante de La Cantine, une brasserie située de l'autre côté de la Lys. « Les Belges ne vont pas venir ici plus souvent parce qu'ils peuvent fumer. Et puis malheureusement, on est les prochains sur la liste. On doit s'y mettre dans moins d'un an maintenant. »

Vincent Vantighem

Après plusieurs avertissements, les restaurateurs ayant laissé des clients fumer dans leur établissement sont passibles d'amendes allant de 150 e à 1 650 e. Au total, 25 000 contrôles sont déjà programmés.