Le zoo sort de son hibernation

LOISIRS Le parc lillois prisé par les visiteurs vient de rouvrir ses portes avec quelques nouveautés...

Olivier Aballain

— 

Un des deux pandas roux du zoo de Lille.
Un des deux pandas roux du zoo de Lille. — M.Libert/20 Minutes

La destination préférée des Lillois (874.000 l'an dernier) a rouvert ses portes ce week-end avec quelques nouveautés dans, et en dehors des enclos. 20 Minutes a fait le tour du propriétaire en compagnie de la directrice, Géraldine Morisset.

Les animaux. Un drôle de Jésus est né le 25 décembre: un bébé chevrotain, rejeton de la plus petite espèce de cervidé originaire de Malaisie. Il est hébergé avec ses parents dans la Maison Tropicale, le seul enclos du zoo où l'hiver n'a pas existé... Sous ces tropiques artificiels, la bonne nouvelle a été précédée de la naissance d'un loris lent pygmée, une espèce de primate asiatique et de deux tamarins labiés, hébergés sur le dos de leur génitrice.

Les enclos. Les îles aux singes sont en pleine opération de renouvellement urbain: trois nouveaux abris sont programmés pour remplacer les précédents, vétustes et bardés d'amiante. Le premier, tout en mélèze, est déjà en place pour les gibbons. Pour la petite histoire, la modeste habitation des primates a d'ailleurs dû recevoir l'aval des bâtiments historiques, puisqu'elle se situe sur le secteur sauvegardé de la citadelle Vauban... Et en attendant de disposer à leur tour d'un nouvel abri, les capucins ont été délocalisés côté volière, ce qui les rend plus visibles pour les petits visiteurs.

L'exposition. «Amours animales». Parades nuptiales, habitudes de reproduction, élevage des jeunes: l'intimité de nombreuses espèces est dévoilée le long d'un nouveau parcours pédagogique qui jalonne les allées du zoo. On y apprend, par exemple, que le lama fait partie des espèces à ovulation induite, c'est-à-dire que le sperme du mâle contient une protéine qui déclenche l'ovulation de la femelle... On n'arrête pas le progrès.

>> 20 Minutes Lille sur Facebook