Des indemnités lucratives mal calibrées

POLEMIQUE Le premier adjoint de Wasquehal a un problème de statuts...

Gilles Durand

— 

M.Libert/20 Minutes

Le premier adjoint de Wasquehal est sur la même longueur d'onde que son maire. Vendredi se tenait, au tribunal de Lille, le procès civil de l'affaire concernant les détournements de fonds présumés de Gérard Vignoble. Condamné en novembre, le maire a fait appel. Son premier adjoint, Bernard Hanicotte, représentant la mairie dans ce procès, ne semble guère pressé de réclamer le remboursement des 74.000€ qui auraient été détournés, demandant, en vain, le report de l'audience.

Une plainte envisagée

Car Bernard Hanicotte, comme Gérard Vignoble, considère qu'une fonction mérite rétribution. Ainsi, lorsqu'il était président de l'Institut social de Lille (ISL), une école de formation dans le service social, il se faisait verser un salaire mensuel par cette association subventionnée par la région. Payé comme conseiller du travail, le président Hanicotte a coûté, de février 2002 à février 2011, environ 83.000€ à l'ISL qui licencie, cette année, certains de ses formateurs… pour motif économique. «Ce sont des indemnités que je touchais en tant que président, répond Bernard Hanicotte, à la sortie du tribunal de Lille. Le paiement en salaire est exigé par l'Urssaf et c'était prévu dans les statuts.» Pas dans ceux que nous avons consultés auprès de la préfecture. Au contraire, ils écartent totalement cette possibilité, stipulant que «les membres de l'association ne peuvent recevoir aucune rétribution à raison des fonctions qui leur sont conférées». Un militant d'une association envisage de porter plainte.

>> 20 Minutes Lille sur Facebook

■ Subventions

L'ISL touche chaque année une subvention de la région au titre de la formation. Contactée, la région n'a pas souhaité dévoiler le montant de cette subvention. En 2011, elle était de 1,6 million.