Le cas des ados étrangers isolés pris en charge

— 

L'Education nationale précise. A la suite d'un article paru lundi sur la difficulté de scolariser les mineurs étrangers isolés par une association fivoise, le centre pour la scolarisation des enfants nouvellement arrivés (Casnav) de l'académie de Lille -que 20 Minutes avait tenté, en vain, de joindre- a réagi. « Plus de 90 % de ces enfants sont pris en charge par les dispositifs du Casnav », estime son directeur Georges Prpic. Or, pour certains adolescents de plus de 16 ans qui débarquent en cours d'année, la scolarisation est plus compliquée. « Il n'y a parfois plus de places disponibles dans les filières. Le rôle d'une association comme l'Apsco, à Fives, devient alors essentiel pour une remise à niveau scolaire », note-t-il, reconnaissant que le nombre de ces jeunes isolés augmente chaque année. En 2005, une trentaine était identifiée. L'an dernier, ils étaient 220, nécessitant l'ouverture de deux dispositifs supplémentaires dans la métropole lilloise. G. D.