Le châtelain se bat contre des moulins à vent

POLEMIQUE Un projet d'éoliennes est en suspens dans le Pas-de-Calais...

Olivier Aballain

— 

M.Libert/20 Minutes

Le château de Flers (62) n'a pas connu les batailles du Moyen-Âge puisqu'il date du XVIIIe siècle. Mais son propriétaire s'estime bien «assiégé» aujourd'hui par une couronne d'éoliennes, qui profitent des vents fouettant le plateau du Ternois. Erik Wallecan défendait de nouveau son «paysage», mardi matin, devant le tribunal administratif de Lille, face à la société Enertrag, qui espère implanter 4 éoliennes à 3 km de chez lui.

« Effet d'écrasement »

«Si nous n'avions pas réagi, aujourd'hui le château serait entouré de 36 éoliennes. Mais je peux déjà en voir 16 depuis toutes les fenêtres du chateau», souffle Erik Wallecan. Alors le châtelain ne baisse pas la garde. Le dossier, examiné mardi, a fait l'objet d'une demande de permis fin 2008. En août 2011, le préfet vient en renfort du château classé. Le permis est refusé, au motif que le patrimoine historique serait soumis à un «effet d'écrasement» par l'accumulation d'éoliennes. Et c'est cette décision qui était attaquée mardi par Enertrag. La société se réfère notamment à l'existence d'autres installations autorisées dans le secteur, et vante le «sérieux» de l'étude d'impact qui validait le projet. Mais le rapporteur public est venu au secours d'Erik Wallecan en estimant que le projet pouvait bien porter une «atteinte disproportionnée» à la qualité du site. La décision a été mise en délibéré. En octobre, le châtelain avait déjà emporté une victoire symbolique en obtenant de la justice le démontage de 10 des 16 éoliennes déjà installées par une filiale de Véolia. Le dossier est en appel et les éoliennes sont toujours là. Mais Erik Wallecan veille.

>> Retrouvez 20 Minutes Lille sur Facebook

■ Un site historique

Le château de Flers, construit de 1776 à 1789, est classé monument historique depuis 1965. Il a été acquis en 1996 par Erik Wallecan, un ressortissant belge qui l'a complètement rénové.