En attente d'une réponse du Président

— 

Contrairement à l'écrivaine Marguerite Yourcenar, qui a grandi entre Lille et le Mont Noir, la Fourmisienne Jeanne Rousselle n'est pas entrée à l'Académie française. Elle n'a pas non plus fait partie des premières féministes, comme l'Arrageoise Louise de Bettignies. Pourtant, Jeanne Rousselle est aujourd'hui la deuxième femme à avoir fait l'objet d'une pétition dans le Nord-Pas-de-Calais, après Martha Desrumaux, ouvrière, syndicaliste, résistante, déportée et politique du XXe siècle. «La candidature de Martha ne s'oppose pas aux autres», souligne Laurence Dubois, de l'association lilloise Créations, recherches et innovations sociales. La décision finale, revenant au président de la République, n'a toujours pas été prise. «Nous l'attendons au cours du premier trimestre», indique le Centre des monuments nationaux. Une consultation nationale via Internet effectuée en septembre avait propulsé à la première place Olympe de Gouges, une femme politique et polémiste sous la Terreur. Parmi les vingt premiers noms plébiscités, aucune personnalité nordiste n'avait été citée. G. Del.