Quelles suites pour Kucheida ?

— 

La mise en examen, mercredi, de Jean-Pierre Kucheida pose question. L'ex-député-maire (PS) de Liévin est accusé de corruption passive et de recel d'abus de biens sociaux. D'après son témoignage à la sortie du tribunal, la justice lui reproche d'avoir sous-facturé des travaux « dans sa maison et sa résidence secondaire ». En échange, les deux entreprises sollicitées, EBTM à Harnes et Housiaux à Lens, auraient pu bénéficier de marchés publics. Les deux entrepreneurs ont également été mis en examen dans cette affaire, ainsi qu'un fonctionnaire, Patrick Grassart, dont on ignore le rôle qu'il a pu jouer. «Je n'ai rien à voir avec cette histoire. Tout ça va se régler très vite », assure l'intéressé, ex-collaborateur de Gérard Dalongeville à la mairie d'Hénin-Beaumont et actuel directeur général des services à Harnes. « L'enquête ira sans doute plus loin après les municipales », pronostique Francis Terquem, avocat de Gérard Dalongeville qui est à l'origine de cette enquête, en dénonçant un financement occulte de la fédération PS du Pas-de-Calais. G. D.