Les petites lignes TER en mode survie

TRAINS La fédération nationale des usagers des transports s'inquiète...

Olivier Aballain

— 

M.Libert/20 Minutes

Il y a de la friture sur certaines lignes TER. Dans sa lettre d'information bimensuelle, la Fédération nationale des associations d'usagers des transports (Fnaut) a pointé une vingtaine de lignes menacées de fermeture pour cause de faible fréquentation. Dans la métropole, Ascq-Orchies et Lille-Comines sont sur la sellette.

«Dignes des années 1950»

Pourtant, lundi, en gare de Lille-Flandres, Elise était contente d'attraper le Lille-Comines de 17h50. «Je commence une formation. Le train est plus rapide et moins cher que la voiture.» Mais avec seulement quatre aller-retour par jour, la souplesse n'est pas au rendez-vous. «Les horaires ne sont pas adaptés, ce qui limite forcément la fréquentation», critique Gilles Laurent, correspondant régional de la Fnaut. Mais Lille-Comines attire davantage de voyageurs depuis que les abonnés Transpole peuvent l'emprunter avec leur carte Pass'Pass (+50%). Preuve que la demande existe. «Ces lignes empruntent des parcours dont nous aurons besoin plus tard, par exemple pour le tram-train, explique Dominique Plancke, président de la commission Transports au conseil régional. Continuer la circulation garantit leur maintien en état.» En attendant, les usagers trinquent? Selon Gilles Laurent, sur Ascq-Orchies, «les conditions d'exploitation sont dignes des années 1950». Pour lui, avec seulement trois aller-retour par jour et un équipement dépassé (aiguillage à la main…), la SNCF «fait tout» pour rendre la ligne infréquentable. Alors qu'en parallèle l'autoroute A23 sature.

>> Retrouvez 20 Minutes Lille sur Facebook

■ La grève continue

Sur le littoral, le mouvement de colère des agents de conduite SNCF, entamé mi-décembre, se poursuit. Les associations d'usagers ont demandé une indemnisation à la SNCF.