La région recherche Jack Lang

©2006 20 minutes

— 

Y a-t-il encore un pilote dans l'avion ? Suite aux absences récurrentes de Jack Lang au conseil régional, la question sera posée ce matin en séance pleinière par le groupe UDF. Car, l'ex-candidat à la présidentielle est toujours vice-président en charge de la Recherche et des universités à la région. « Je ne veux pas le mettre en cause directement, nuance Valérie Létard, chef de file de l'UDF. Mais si ce n'est plus sa priorité, qu'il laisse la place à quelqu'un d'autre. Au début, il était très présent. Aujourd'hui, il n'est presque jamais là. » Contacté, l'intéressé s'avoue surpris par cette polémique lancée par une élue qu'il semble ne pas connaître : « Elle est quoi elle, déjà ? » Il poursuit : « Je regrette ce genre d'accusation personnelle. S'il y a quelqu'un à mettre en cause dans le domaine de la recherche, c'est le gouvernement qui a tout sacrifié depuis cinq ans. Pas moi. »

Il n'empêche : ses absences répétées dans les couloirs du conseil régional ont été remarquées jusque dans les rangs de la majorité PS-Verts. « Il demande de déplacer les ordres du jour de certaines réunions en fonction de son emploi du temps médiatique », sourit un élu.

Un laxisme d'autant plus perceptible que les autres vice-présidents sont très actifs dans leur domaine comme le note Valérie Létard. « On développe les transports, l'aménagement du territoire... Il n'y a pas de raison que la recherche reste à la traîne. »

Il n'en reste pas moins que Jack Lang reste un cas particulier, aux yeux des médias comme à ceux des élus : « C'est vrai qu'il est plus absent que la moyenne. Mais, à sa décharge, cela se voit beaucoup plus quand il n'est pas là. »

Vincent Vantighem et Olivier Aballain

Interrogé sur son bilan à la région depuis 2004, Jack Lang a mis en avant la bourse mobilité à destination des étudiants et a aussi estimé que « la situation de la recherche aurait été bien pire s'il n'avait pas été là ».