Gravelines, heureux en Europe et triste en Pro A

— 

C'est un bol d'air que se donne chaque semaine le BCM. A travers l'Eurocoupe, où le club nordiste, qui se déplace ce mercredi à Bonn, occupe la première place de sa poule, Gravelines retrouve un peu le sourire. Car en Pro A, il y a de quoi déprimer. Premier de la saison régulière ces deux dernières saisons, troisième budget français, le BCM faisait encore partie des favoris en début de saison. Problème, après huit journées, le club occupe une 14e place préoccupante. «Je suis inquiet, surtout qu'on n'a pas encore joué les gros. J'ai aussi l'impression que les joueurs se mettent plus de pression en championnat qu'en Coupe d'Europe», regrette Hervé Beddeleeem, le directeur exécutif du BCM qui pointe aussi du doigt des recrues pas encore à la hauteur les blessures (Bokolo, Diawara, M'Baye) qui déciment l'effectif. De quoi vraiment redouter une saison galère.