Vidéo : Environ 1.200 salariés de La Redoute dans les rues de Lille

SOCIAL Ils craignent de nombreux licenciements après la cession de l’entreprise prévue d’ici à la fin d’année...

A Lille, Gilles Durand

— 

Environ 1.200 salariés de La Redoute manifestent à Lille
Environ 1.200 salariés de La Redoute manifestent à Lille — M.Libert/20 Minutes

Ils étaient environ 1.200, ce jeudi matin, à défiler dans les rues de Lille. Les salariés de La Redoute se mobilisent contre le projet de cession de leur entreprise par le groupe Kering (ex-Pinault-Printemps-Redoute), d’ici à la fin de l’année. «Cette cession pourrait s’accompagner d’une réduction d’effectif de plus 700 personnes», confirme la direction de Kering. Les craintes sont telles que même les encadrants se sont mobilisés, une première dans l’histoire du spécialiste nordiste de la VAD. «Depuis plus de vingt-cinq ans que je travaille à la Redoute, c’est la première fois que je vois un tel mécontentement», note Joël Dessauvages, responsable logistique.

Les manifestants craignent pour leur avenir

Cible des manifestants : François-Henri Pinault, le PDG de Kering, que les salariés accusent d’avoir laissé tomber le groupe. «En 2006, il y avait encore 6.000 personnes à La Redoute», déplore Louis Marcy, délégué CGC. Actuellement, l’entreprise n’emploie plus que 2.600 personnes, dont 1.100 sur le site logistique de la Martinoire à Wattrelos, près de Tourcoing, et 1.400 au siège à Roubaix.

Les salariés craignent, de leur côté, la disparition à plus ou moins long terme, de leur entreprise. «Il est prévu d’externaliser le service relations clients et de filialiser l’activité logistique. La crainte est réelle de voir ces services délocalisés et dons de nouveaux emplois menacés», souligne Karima Delli, député européenne (EELV) en charge de l’Emploi. «Ce qui intéresse le repreneur, c’est le fichier client : 10 millions de personnes», glisse un manifestant. Martine Aubry doit rencontrer les syndicats dans l’après-midi, puis le PDG de Kering, François-Henri Pinault, le 12 novembre.

(Retrouvez 20 Minutes Lille sur Facebook)

La décision de vendre La Redoute remonte à plusieurs années, mais, depuis juin, le processus s’accélère. Début octobre, Challenges annonçait que la foncière Altarea Cogedim (déjà propriétaire de Rue du commerce depuis janvier) et le fonds d’investissement britannique Opcapita négociaient le rachat de l’entreprise en réclamant entre 200 à 600 millions à l’actuel propriétaire. «Nous sommes prêts à couvrir les pertes financières et les mesures sociales des prochaines années lors de la cession», reconnaît Kering.