«Un pincement au cœur »

RENE GIRARD L'entraîneur lillois revient samedi à Montpellier, son ex-club...

Propos recueillis par François Launay

— 

René Girard a passé quatre saisons (2009-2013) sur le banc montpelliérain.
René Girard a passé quatre saisons (2009-2013) sur le banc montpelliérain. — M.Libert / 20 Minutes

C'est un match qu'il a dû cocher depuis longtemps dans son agenda. Samedi, le Losc se déplace à Montpellier, où René Girard a exercé jusqu'en mai 2013 avant de faire ses adieux au public de la Mosson après un match contre Lille. Cinq mois plus tard, l'entraîneur nordiste va retrouver la terre de ses anciens exploits comme le titre de champion de France décroché en 2012.

► Quel est votre sentiment avant de revenir au stade de la Mosson ?

Il y a plusieurs sentiments qui se mélangent. il y a de la joie car c'est bien de retourner au pays pour retrouver les amis, la famille et un stade où on a vécu de grands moments. Il y aura forcément un petit pincement au cœur. Après, c'est un match particulier mais ce n'est pas un match plus important qu'un autre.

► Que représente Montpellier ?

Quand on a la chance de vivre ce que j'ai vécu en quatre ans là-bas, ce n'est que du bonheur. Ça représente beaucoup dans ma carrière d'entraîneur. C'est une aventure avec des minots, des jeunes joueurs avec qui on a vécu quelque chose de super. Avoir la reconnaissance d'un club, d'une vielle, d'une région, ce sont des valeurs qui comptent beaucoup pour moi.

► Regrettez-vous la fin de votre aventure quand votre contrat n'a pas été prolongé ?

Je l'ai déjà dit, je pense que ça aurait pu se terminer autrement. Mais bon, il ne faut pas non plus en rajouter. J'ai passé quatre ans à Montpellier, ce qui n'est pas loin d'être un record. J'ai fait ce que j'avais à faire, je l'ai bien fait, le club me l'a bien rendu.

► Serrerez-vous la main de votre ancien président Louis Nicollin ?

Je ne lui sauterai pas dans les bras. Mais c'est quelqu'un que je respecte.Je ne pensais pas que ça se terminerait comme ça, mais il n'y a pas non plus une mentalité de canaille. On tourne une page, et c'est avec plaisir que je lui serrerai la main.

■ Montpellier: la bête noire des Dogues

Si ce n'est pas une bête noire, ça y ressemble furieusement. Depuis février 2004 et une victoire (0-2), Lille ne s'est plus imposé à Montpellier que ce soit en championnat ou lors des coupes nationales. Entre 2004 et 2013, le Losc s'est rendu six fois à la Mosson pour une élimination en Coupe de la Ligue, quatre défaites et un nul en Ligue 1. A chaque fois, Girard était sur le banc d'en face. La malédiction va peut-être aussi changer de camp.