Ariel Jacobs appelé à la rescousse du VAFC

FOOTBALL Le technicien belge s'est engagé jusqu'en juin 2015...

Joseph Delouvrié

— 

Ariel JACOBS sur le banc d'Anderlecht lors d'un match amical VAFC-Anderlecht le 16 novembre 2007.
Ariel JACOBS sur le banc d'Anderlecht lors d'un match amical VAFC-Anderlecht le 16 novembre 2007. — M.Libert/20 Minutes

Antisèche sur la table, réponses à rallonge à côté des questions, mots longuement soupesés et plaisanteries pour faire sourire l'assemblée: on s'en doutait un peu, mais désormais on en est sûr, avec Ariel Jacobs, le VAFC a choisi un coach chevronné pour succéder à Daniel Sanchez.

C'est un minimum vu l'ampleur de la tâche qui attend le technicien belge de 60 ans, nommé officiellement lundi matin à la tête de l'équipe première du VAFC, mal en point et dernière de L1. «Il doit redresser le club et le maintenir en L1, concède le président Legrand. Il a déjà sauvé la Louvière [en 2002] qui était plus mal que nous, et m'a convaincu qu'il pourrait réussir.» Un challenge qui n'a pas effrayé celui qui a signé jusqu'en 2015 au VAFC (avec une option pour la saison suivante). «Je suis conscient de la difficulté de la mission; ce sera très complexe, mais possible, estime Jacobs. A l'heure actuelle, Valenciennes a un groupe qui ne sera pas européen, mais je crois qu'on peut se trouver plus haut dans la deuxième partie de tableau.»

«Mon travail sera axé sur le mental...»

Reste à persuader les joueurs que le coup est jouable. «Dans une telle situation, on peut s'attendre à un groupe en manque de confiance. Mon travail sera principalement axé sur le mental », prédit celui qui a obtenu trois titres de champions avec Anderlecht et Copenhague depuis 2010. Malgré ce joli CV, Jacobs réfute pour l'heure le statut de messie et préfère miser sur son nouveau groupe. «Sauveur? Ce n'est pas particulièrement une spécialité et je ne l'ai jamais fait seul, rappelle-t-il. Les responsables sont surtout sur le terrain.»