La police recherche les complices de Rédoine Faïd

FAITS DIVERS Deux personnes ont été placées en garde-à-vue lundi...

Olivier Aballain

— 

M.Libert/20 Minutes

L'enquête sur l'évasion de Rédoine Faïd a visiblement progressé. Selon une source policière, deux personnes ont été placées en garde à vue lundi dans le cadre des investigations menées par la direction centrale de la police judiciaire. Plusieurs autres personnes ont également été auditionnées par les enquêteurs, qui cherchent à établir les complicités dont aurait pu bénéficier le braqueur lors de sa spectaculaire évasion de Sequedin, le 13 avril.

Quatre détenus entendus ?

Lundi midi, le procureur de la République de Lille ne confirmait encore qu'une seule garde-à-vue. «Il ne s'agit ni d'un détenu ni d'un surveillant», a seulement précisé Frédéric Fèvre. Mi-avril, le procureur avait lui même estimé que Rédoine Faïd avait «manifestement bénéficié» de «une ou plusieurs complicités», souhaitant que l'enquête détermine «comment, dans la prison, il a pu se retrouver en possession d'explosifs et d'une arme». Contactée par 20 Minutes, une source policière assurait lundi que «des détenus ont bien été extraits de leur cellule à Sequedin, Annœullin et Longuenesse pour être entendus». Selon France 3, parmi les quatre détenus entendus, deux avaient déjà regagné leur cellule en fin d'après-midi. D'après l'AFP, d'autres auditions devraient encore être réalisées d'ici à la fin de semaine. Le 13 avril, Rédoine Faïd s'était évadé en prenant en otage quatre surveillants et en faisant sauter cinq portes à l'aide de Semtex® (du plastic). Il a été repris le 29 mai et réincarcéré à Fleury-Mérogis.

■ Suspicions

Rédoine Faïd s'est évadé alors qu'il était en détention provisoire depuis 10 mois, soupçonné d'avoir pris part à une tentative de braquage ayant coûté la vie à une policière municipale en mai 2010.