Stade Mauroy : fausse émeute vrai exercice

ÉVÉNEMENT s autorités ont testé la chaîne des secours en cas d’événement majeur...

Fanny Destombes

— 

M.Libert/20 Minutes

Pour un match qui aurait dû être a priori sans risque, le bilan fictif est lourd: 4 morts, 18 blessés dont 3 graves. Mercredi, les autorités, le LOSC et Elisa, le gestionnaire du Stade Pierre-Mauroy, ont voulu tester les capacités à gérer un incident majeur, une première dans l’enceinte sportive. Le scénario choisi portait sur un match Lille-Lorient* qui accueillait 35.000 spectateurs. Pour l’exercice, 60 élèves de l'école de police de Roubaix incarnaient des supporters.

D’un côté les Nordistes, de l’autre les Bretons. La tribune Nord où s’installe habituellement le Kop lillois est-cette fois-ci occupée par les «comédiens». Pour accentuer le réalisme, ces faux supporters ont été préalablement maquillés comme au cinéma : fracture ouverte, plaie à la tête, traumatisme à la cheville.

Alors que Lille a ouvert le score à la 10e minute (But de Kalou), les esprits s’échauffent. Une action de jeu lorientaise est contestée et les supporters en viennent aux mains. Les stewards débordés laissent les policiers intervenir. 2-0 pour Lille. Les premiers blessés sont sortis du lot et soignés. Mais le mouvement de foule empire et la situation dégénère. Déjà 3-0 sur la pelouse (Kalou encore). Au premier étage du stade, dans le poste de contrôle, les organisateurs du match décident d’interrompre la rencontre.

Le plan ORSEC déclenché

Le réalisme sera poussé à son paroxysme sur le parvis du stade où une bagarre éclate entre supporters lillois et policiers. «Vous avez le droit de lancer des noms d’oiseaux!» avait briefé l’animateur. Clément Hervet l’un de ces élèves policier supporter d’un jour trouve ça «très fun» pour finalement tempérer: «La prochaine fois, on sera peut-être de l’autre côté». Sur le parvis, la noria des camions-pompiers évacue les blessés. Un hélicoptère est dépêché pour un grand brulé, à cause d’un fumigène. A cet instant, le préfet a déclenché le plan Orsec Nombreuses Victimes. Désormais, c’est lui qui prend la direction des secours en lieu et place du maire. Il devient l’arbitre, en quelque sorte, décidant aussi de laisser la rencontre fictive se poursuivre malgré les blessés. «Symboliquement, nous avons conscience que ça peut heurter. C’est dans le souci d’éviter un sur-problème en évacuant 35.000 personnes dans la confusion et alors qu’il y a encore une bagarre sur le parvis», indique le directeur de cabinet du préfet, Yvan Cordier.

Lors d’un bilan à chaud, mercredi, Yvan Cordier annonce sa satisfaction. «On a remarqué la bonne coordination des services, malgré de légers problèmes techniques qui peuvent être améliorés», explique-t-il . De quoi rassurer l’UEFA, organisatrice de l’Euro 2016 pendant lequel des matchs se disputeront à Lille.