Des expulsés espagnols à Lille

SOCIAL La longue marche de six espagnols contre les expulsions par les banques...

Gilles Durand

— 

M.Libert/20 Minutes

Leur longue marche vers Bruxelles a commencé en juillet. Six militants de la Plateforme des victimes de l'hypothèque, association qui lutte contre les expulsions de logement en Espagne, étaient en transit, samedi, à Lille. L'occasion de faire connaître les revendications qu'ils vont exposer le 25 septembre à certains députés européens: le gel des expulsions et la construction de logements sociaux. «Dans la région, nous traitons un ou deux cas de propriétaires qui se retrouvent à la rue faute de pouvoir rembourser leurs dettes immobilières, mais cette situation peut se développer très vite en France», explique Philippe Deltombe, président régional de Droit au logement (DAL).

Un million de logements vides en Espagne

En Espagne, le phénomène toucherait environ 400.000 familles. Nani, une jeune femme d'une trentaine d'années, évoque le cas de son frère qui s'est suicidé en février. Leonor témoigne. «En 2006, sa fille achète une maison qui coûte 130.000€. La banque lui propose de lui prêter le double de la somme pour qu'elle puisse faire aussi des travaux et à un taux variable», raconte cette marcheuse espagnole. Surviennent la crise en 2009 et l'explosion des taux d'intérêts. Incapables de rembourser à temps, la maison est hypothéquée et sa fille jetée à la rue. «Et en plus, elle doit continuer à rembourser son emprunt, s'insurge Antonio, un autre marcheur. En attendant, il y a plus d'un million de logements qui restent vides en Espagne du fait de la spéculation immobilière.»