La chasse aux stéréotypes masculins

Olivier Aballain

— 

M.Libert/20 Minutes

Dur d'échapper aux stéréotypes masculins quand on parle création d'entreprise ! Pourtant, les femmes représentent un tiers des créations nordistes. Certaines ont accepté d'arpenter, mardi, les allées du salon Créer avec un œil critique, d'autant qu'il s'agissait de la journée consacrée aux entrepreneures. Attention, ici la rhétorique est souvent « guerrière », prévient Stéphanie Chasserio, sociologue et enseignante à Skema Business School. « On parle de conquérants, de guerre économique, de combat contre la concurrence… »

Mur des entrepreneur(e)s


Premier choc dans l'allée centrale avec les affiches qui ornent les stands. Sur une bonne majorité, l'homme est seul, ou seul devant. « On est sur le modèle du capitaine, qui doit prendre des décisions fortes. Les femmes sont plus dans la codécision », commente Stéphanie Chasserio. D'ailleurs, l'invitation aux « Victoires de l'initiative », le soir même, est illustrée d'une cinquantaine de silhouettes : que du costume-cravate. Claire Michel, qui porte un projet Internet, rapporte avoir carrément assisté en conférence à un débat « cravate ou pas cravate ? ». Un peu plus loin, l'animation « Elles créent » se prépare. « Il y aura des femmes ? », demande un trentenaire à l'humour mal placé. « Ah c'est la journée des femmes ? Voilà pourquoi ça fait autant de bruit », glisse un autre. Mais tout n'est pas noir. Quelques panneaux colorés paraissent sortir des codes masculins. Ainsi la très sérieuse Caisse des Dépôts communique en rose flashy. Dans le coin franchise, l'enseigne de restauration Poivron rouge a même misé sur une petite fille pour la représenter. Et à la sortie du salon, les petits mots des visiteurs s'écrivent sur un « mur des entrepreneur(e) s ». La révolution est en marche.

■ Et les jeunes ?

La troisième et dernière journée du salon Créer, ce mercredi, à Lille Grand Palais, sera consacrée aux « jeunes », avec notamment des conseils de « networking ».