Lille: Un dealer propose de la drogue à une patrouille en civil

FAITS DIVERS Une jolie boulette...

Gilles Durand

— 

M.Libert/20 Minutes

Ce n’étaient pas les bons clients. Un Lillois d’à peine 17 ans a été placé en garde à vue, dimanche, après avoir tenté de proposer héroïne ou cocaïne à des policiers de la BAC (brigade anti-criminalité) en patrouille dans le quartier. A son domicile, les enquêteurs ont trouvé quelques grammes d’héroïne, mais surtout deux armes à feu appartenant à son grand frère, qui a, lui aussi, été interpellé.

Présence sur le terrain

Selon les éléments transmis par la DDSP (direction départementale de la sécurité publique), les policiers patrouillaient boulevard de Belfort «en ZSP» (zone de sécurité prioritaire) peu après 20h, dimanche, lorsqu’ils ont été «sifflés» par un individu, qui leur a proposé de la drogue dure. S’apercevant assez vite de la profession de ses «clients», il a pris ses jambes à son cou. Les policiers, qui ont pu repérer son domicile rue Jean-Zay, ont appelé des renforts avant de l’interpeller sur place «sans résistance» un peu plus tard. Entre temps le mineur s’était débarrassé du sac-banane qui lui servait probablement de tiroir-caisse. Les policiers n’ont donc retrouvé sur place que deux «bonbonnes» (doses) d’héroïne. Mais la perquisition a permis de repérer deux armes de poing dont le grand frère, âgé d’une vingtaine d’années, a revendiqué la propriété. Ce dernier a donc également été placé en garde à vue, sous le coup d’une enquête pour détention illégale d’arme. «C’est révélateur de l’efficacité d’une présence accrue sur le terrain. On pressurise les possibilités de trafic», indique la direction de la sécurité publique.

Les deux frères auraient reconnu les faits. Le plus jeune, inconnu des services de police, sera présenté à un juge des enfants en novembre. Le grand frère était toujours en garde à vue lundi après-midi.

• ZSP

La Zone de sécurité prioritaire (ZSP) de Lille, lancée en août 2012, porte sur les trois quartiers de Moulins, Lille-Sud et Faubourg-de-Béthune. Elle vise à améliorer la coopération entre police, justice et fisc.