Le rectorat maintient la religion hors des assiettes

Gilles Durand

— 

L.Venance/AFP

La viande halal fait à nouveau polémique. Un élu Front national du conseil régional a dénoncé, jeudi, la mise en place de repas halal au collège Lucie-Aubrac de Dunkerque, auprès du rectorat et du conseil général, gestionnaire des collèges. « Nous avons été alertés par des parents d'élèves », explique Philippe Eymery, l'élu en question. Initiative confirmée par le gestionnaire du collège. « Parfois, quand un fournisseur en propose, nous en commandons et cette viande est servie à la cantine, deux fois par trimestre environ, sans que le mot halal n'apparaisse dans les menus distribués », explique-t-il à France 3, précisant ne pas voir « où est le problème ».

Principe de laïcité


Le problème est l'atteinte à la laïcité. « Il est interdit de servir des repas confessionnels, quels qu'ils soient, dans une école de la République », martèle Eric Kolodziejczyk, directeur de cabinet du recteur de l'académie. Le gestionnaire est d'ailleurs convoqué, cette semaine, par le rectorat pour « un rappel à l'ordre ». Même réaction indignée au conseil général. « C'est la première fois que nous sommes confrontés à ce genre de problème, assure Bernard Baudoux, vice-président (PC) chargé des collèges au conseil général. Mais la laïcité n'empêche pas d'être accueillant en proposant plusieurs types de repas, sans porc ou sans viande ». D'après le principal d'un autre collège nordiste, « une note de l'inspection générale précise que l'entorse à la laïcité est due à ce qu'une partie de la recette du commerce halal est destinée aux mosquées ».