La carte Pass'Pass priée de patienter

Olivier Aballain

— 

La carte Pass'Pass supporte les titres Transpole, V'Lille et Autopartage.
La carte Pass'Pass supporte les titres Transpole, V'Lille et Autopartage. — M. Liobert / 20 Minutes

L'été se termine en pente douce pour la carte Pass'Pass. Environ 220 000 cartes sans contact ont déjà été distribuées par Transpole. Mais le nouveau système de billettique des transports lillois, lancé en version incomplète le 25 juin, a encore quelques promesses à tenir.

Le post-paiement en 2014


Ainsi l'utilisation du ticket ZAP dans les bus, espérée pour le mois d'août, n'est toujours pas opérationnelle. La faute au système embarqué dans les véhicules, qui communique mal avec le serveur central. Eric Quiquet, vice-président de Lille Métropole, espère un déploiement pour octobre. « Malheureusement ce sera sans doute bien après », rectifie Transpole. Le même écueil technique empêche aussi la mise en service du rechargement par internet. « La mise à jour des cartes doit se faire automatiquement à la première validation sur une borne, et dans le bus ça ne passe pas toujours », explique Eric Quiquet. Quant au post-paiement, qui permet à l'usager de payer a posteriori le titre les plus avantageux en rapport avec sa consommation, il ne faut pas l'attendre avant 2014, selon une source interne à Transpole. «Finalement pour l'instant Pass'Pass c'est surtout très bénéfique pour Transpole, qui peut mieux suivre nos déplacements », grince Gilles Laurent, de la fédération des usagers des transports (FNAUT). D'autres sont plus positifs, comme Fatima qui a fait la queue pendant plus d'une heure au guichet de la station République : « Il n'y a pas tout, mais avoir une seule carte pour tous les transports c'est déjà très pratique. » D'ailleurs depuis la fin août, la vente de titres Pass'Pass a démarré chez 60 commerces partenaires de Transpole. De quoi éviter les files d'attente.

■ Des pénalités de retard pour Parkeon

Compte tenu du retard de mise en service du système Pass'Pass, Lille Métropole avait le droit de réclamer 18 millions d'euros de pénalités à l'installateur, Parkeon, sur un contrat de 21 millions. Mais les pénalités ont été ramenées à 3 millions d'euros, et même à 290 000 € en tenant compte des prestations ajoutées sans avoir été prévues au contrat initial. « Nous ne sommes pas là pour étrangler Parkeon », explique Eric Quiquet.