Denain est riche de ses écoles

Olivier Aballain

— 

M.Libert/20 Minutes

«Il paraît que Denain n'est pas la ville la plus riche de France. » François Hollande n'a effectivement pas choisi ce territoire par hasard pour y faire sa rentrée, sur fond de réforme des rythmes scolaires. Avec 6 700 € par habitant, la ville présente un revenu par personne inférieur de moitié à la moyenne nationale. « Vous devez être favorisés, c'est justement ici qu'il faut mener l'action éducative la plus déterminée », a indiqué mardi le président de la République.

La ville était déjà mobilisée


L'homme prêche une population déjà convaincue. « Ici nous sommes contents, nous avons de bonnes écoles, d'un bon niveau », témoigne Julien , papa d'un petit Evan venu voir le président en attendant la rentrée. « La maire (Anne-Lise Dufour, PS) fait du bon boulot, elle fait attention aux gens », estime aussi Brice, père de deux jumelles de dix ans scolarisées à l'école Michelet que visite le Président. Il faut dire que depuis 2008, la ville a consacré 4 millions d'euros aux établissements scolaires.

« La réforme est en réalité une mise en cohérence et un redéploiement de cet effort », estime le directeur général des services. Le message est apparemment passé auprès de la population, qui se réjouit des journées plus courtes prévues par la semaine de 4, 5 jours. « Les enfants auront le temps de goûter avant d'aller au sport », estiment ainsi Audrey et Lucie, deux mamans du voisinage. Quant au corps enseignant, il apprécie le symbole de la visite présidentielle. « C'est une reconnaissance, et le métier d'enseignant en a besoin  », estime une institutrice de CM2.

■ Un dispositif de lutte contre l'absentéisme

Une référente absentéisme a été mise en place depuis plusieurs années pour l'ensemble des établissements scolaires de Denain. Elle s'occupe de prendre contact avec les familles dont les enfants cumulent les absences. L'an dernier, plus de 280 cas d'enfants ont ainsi été abordés. « Il faut parfois surmonter la méfiance des parents, mais sur le long terme le travail est payant », a expliqué la référente lors d'une table ronde avec le Président.