Plan d'urgence à l'hôpital

SANTE Les urgentistes de Wattrelos se mobilisent contre la fermeture programmée de leur service...

Gilles Durand

— 

Les urgences à Wattrelos risquent de bientôt fermer la nuit.
Les urgences à Wattrelos risquent de bientôt fermer la nuit. — M.Libert/20 Minutes

L'avenir de l'hôpital de Wattrelos se jouera en septembre. Les trois directions de la communauté hospitalière de Roubaix, Tourcoing et Wattrelos et leur conseil de surveillance doivent se réunir au siège de l'Agence régional de santé (ARS), à Lille, pour évoquer l'avenir de leur service d'urgences. Début juillet, lors d'une précédente réunion, l'hôpital de Roubaix envisageait de «réduire la présence médicale à Wattrelos» où le service d'urgences roubaisien intervient par convention.

La semaine dernière, une nouvelle réunion a confirmé la probable fermeture du service d'urgences de nuit de Wattrelos, à partir du 1er octobre.

Manifestation en vue

Selon l'ARS, la fréquentation de nuit y est, en moyenne, inférieure à trois patients. Un chiffre contesté par la CGT. «Ce nombre correspond à la fréquentation entre minuit et 6 h, or les urgences seront supprimées entre 18 h et 8 h», dénonce le syndicat de l'hôpital wattrelosien qui évoque la menace d'une fermeture complète au 1er janvier. «Si c'est le cas, c'est la mort annoncée d'autres services qui fonctionnent majoritairement avec les urgences», note un délégué CGT. Une manifestation est prévue devant l'ARS, le 10 septembre, pour protester contre cette fermeture programmée.

«Cette décision doit permettre la création, à Roubaix, d'une ligne de garde supplémentaire (3 personnes) durant la nuit et le week-end», note l'ARS. «En raison de congés, notamment de maternité, et des difficultés de recrutement, l'hôpital est obligé de recentrer ses ressources médicales sur le site de Roubaix», ajoute la direction roubaisienne.

■ Réorganisation à Roubaix

En début d'année, une grève de plusieurs semaines et la menace de démission en bloc des 18 médecins urgentistes avaient fait prendre conscience à la direction de l'hôpital de Roubaix d'un manque de personnel. Une réunion de médiation, en mars, s'était conclue par un protocole d'accord prévoyant la réorganisation des services d'urgences, dont la mise en place d'une ligne de garde supplémentaire à Roubaix.