Les étudiants toujours en manque de toit

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

C'est bien, mais loin d'être top. Après deux ans d'attente, les premières chambres réhabilitées de la résidence universitaire Châtelet, à Lille-Sud, vont être livrées. Dans le cadre du programme de rénovation des logements universitaires, 140 chambres seront disponibles en mars prochain. Suivies de 520 autres d'ici à 2008.

Pourtant, un an après les manifestations qui dénonçaient la pénurie de logements, ce ne sera toujours pas suffisant. A la rentrée de septembre, le Crous ne disposait que de 9 000 chambres pour répondre aux 26 000 demandes. Mais Waldi Psonka, directeur du Crous de Lille, affirme n'avoir « été saisi d'aucun cas en particulier ». Et pour cause. « Nous n'avons pas averti le Crous cette année car nous préférons régler les problèmes nous-mêmes, explique Simon Fournier, de SUD-étudiant. On a connaissance de 70 étudiants qui n'ont pas obtenu de toit. » Selon le syndicat, la moitié de ces refus concernerait des étudiants d'origine étrangère. « 29 % de nos logements sont réservés à ces publics, rétorque Waldi Psonka. Mais il est clair que l'on manque de chambres. »

Si des projets de construction sont en cours, les jeunes devront encore patienter pour en bénéficier. Quinze mois sont nécessaires pour bâtir une résidence, quinze autres pour régler les formalités administratives. « L'idéal serait que dans cinq à dix ans, il y ait 4 000 chambres de plus, explique Waldi Psonka. Elles ne seraient jamais vides... » Ce qui suscite un autre problème soulevé par Simon Fournier : l'augmentation des loyers qui suit les rénovations. « Cette hausse est prise en charge par la CAF pour les étudiants boursiers », répond Waldi Psonka.

F. B.

Sur le site du Châtelet, une nouvelle résidence de 100 à 150 logements est en projet. D'ici à 2009, le Crous veut aussi lancer un programme de construction de mille logements, dont 400 dans la métropole lilloise.