«Compliqué de regarder ça depuis mon fauteuil»

BASKET clémence BEIKES L'ancienne joueuse nordiste a fait partie des Bleues...

Propos recueillis par François Launay

— 

M.LIBERT/20 MINUTES

Vice-championne olympique en 2012, Clémence Beikes connaît bien les Braqueuses qui joueront jeudi leur quart de finale de l'Euro à Orchies. Une fête à laquelle aurait pu participer l'ancienne joueuse. Mais une blessure récurrente au genou l'a obligée à mettre un terme à sa carrière en début d'année. Elle nous parle de son Euro par procuration.

► Comment vivez-vous cet Euro ?

C'est un peu compliqué de regarder ça depuis mon fauteuil car je jouais encore avec elles il y a seulement dix mois. Je suis vraiment contente pour elles surtout que j'ai plein d'amies dans cette équipe. Mais bon voilà, j'ai fait un choix. Même si ça n'enlève pas les pincements au cœur.

► Surtout que cette compétition se joue chez vous, dans le Nord…

Oui. Orchies se trouve à seulement dix kilomètres de chez moi. J'aurais pu y jouer devant toute ma famille. Quand tu joues un championnat d'Europe au fin fond de la République tchèque ou à côté de chez toi, ce n'est pas du tout la même chose. Malgré tout, je suis contente que ça se passe dans le Nord, qui est une vraie terre de basket.

► Les Bleues semblent ultra-favorites. C'est aussi votre avis?

En fait, ça m'énerve un peu d'entendre ça. Elles sont bien parties mais ce n'est pas parce que tu survoles le premier tour que tu vas gagner l'Euro. Déjà, le quart est un moment charnière où tu peux aussi bien aller dans le dernier carré que finir huitièmes. C'est là où la compétition commence vraiment. Là où tout peut se passer.

 

■ Séance à Lille

Les filles de l'équipe de France ont foulé mercredi après-midi le parquet du Palais des Sports Saint-Sauveur pour un entraînement d'une heure et demie avant le quart contre la Suède ce jeudi à Orchies.