Le camp du Vieux-Lille évacué

ROMS La ville invoque des raisons sanitaires...

Olivier Aballain

— 

M.LIBERT/20 MINUTES

 

Environ 200 policiers étaient mobilisés mercredi matin pour organiser l’expulsion des soixante-dix Roms restés sur la plaine Winston-Churchill, en bordure du Vieux-Lille. Les familles ont été évacuées en autobus vers des foyers d’hébergement en dehors de la métropole. «Cela s’est fait avec beaucoup de respect, et avec l’accord des familles», estime Pierre de Saintignon, premier adjoint à Lille. Le père Arthur, qui accompagne les familles installées là depuis deux ans, était plutôt désemparé: «Ils sont partis on ne sait où, encore une fois.»

En errance

Selon les élus EELV, c’est à Calais, Valenciennes et Marquise que les Roms ont atterri. «Ces gens, qui commençaient à s’ancrer, se retrouvent en errance dans les rues d’une ville qu’ils ne connaissent pas», critique Lise Daleux, patronne du groupe des Verts à Lille. «Les conditions de sécurité, de salubrité, et les incivilités commises rendaient l’évacuation inévitable», rappelle de son côté Pierre de Saintignon. Le camp a hébergé jusqu’à 200 personnes, dont la plupart sont partis d’elles-mêmes à mesure que l’expulsion se profilait.