Magalie Decléty mesure le chemin parcouru au LUC

WATER-POLO La capitaine rêve d'un premier titre de champion de France...

François Launay

— 

Magalie Decléty a tout connu au LUC
Magalie Decléty a tout connu au LUC — JPL

Samedi à Nice, les filles du LUC water-polo peuvent écrire le plus gros chapitre de leur histoire. Tenues en échec à domicile au match aller (6-6), les Lilloises doivent s'imposer sur la côte d'Azur pour décrocher leur premier titre de champion de France. Cet aboutissement, personne n'y aurait cru il y a onze ans au moment de la création du club.

Parti de rien en 2002

Aujourd'hui capitaine du LUC, Magalie Decléty se souvient. «En 2002, Valérie Destailleur, ancienne joueuse de water-polo, a eu l'idée de créer une équipe avec un groupe d'anciennes nageuses. On ne voulait plus faire de compétition de natation mais on voulait juste continuer à faire du sport.», raconte la joueuse. Parti de rien, le LUC gravit rapidement les échelons. Et au bout de trois ans d'existence, le club monte en Nationale 1, la première division française. «On n'avait pas vraiment de technique, mais on nageait très vite», sourit Decléty, professeur d'EPS dans le civil. Après avoir vivoté en N1, le club passe à la vitesse supérieure l'été dernier. Quatre joueuses pros débarquent et Filippos Sakellis, un coach grec, prend en main l'équipe. «ça a changé le club. On a eu très vite de résultats avec un quart de finale de Coupe d'Europe et cette finale», poursuit Magalie. Même si la majorité des joueuses continuent de travailler (institutrice, directrice de piscine, étudiantes) et ne touchent pas un centime pour leurs performances. «C'est dur mais on se bat pour les années futures». Un titre de champion pourrait faciliter les choses.

 

■ Coupe d'Europe

Finaliste du championnat de France, le LUC Water Polo est déjà assuré de disputer quoi qu'il arrive la Ligue des champions la sasion prochaine. Une grande première pour le club lillois.