Le Nord en haut de l'affiche

CINEMA Un film coproduit par la région remporte, pour la première fois, La Palme d'or à Cannes...

Gilles Durand
— 
DR

Happy end pour le Nord-Pas-de-Calais. Dimanche, le film La Vie d'Adèle, réalisé par Abdellatif Kechiche, a mis en lumière l'ambition cinématographique de la région, en obtenant la Palme d'or au Festival de Cannes. C'est en effet la première fois qu'un film tourné en région – essentiellement à Lille – obtient la récompense suprême.

Un tournage marathon

«C'est une reconnaissance artistique importante qui contrebalance bien le succès populaire qu'avait connu Bienvenue chez les ch'tis. On aime la diversité des genres», souligne Vincent Leclercq, directeur de Pictanovo (l'ex-Crrav), association régionale qui finance les coproductions de tournage.

Sur ce film, 175.000€ ont été investis en production. «Ce n'est rien par rapport aux 4 millions de budget total, mais nous espérons de nombreuses retombées financières, note Vincent Leclercq. Et surtout, ce succès doit accélérer la construction d'une industrie régionale de l'image en région» Objectif : attirer de plus en plus d'équipes de tournage, sans se livrer à une surenchère des subventions.

«La région doit être un vrai choix artistique et professionnel comme ce fut le cas pour ce film», assure Vincent Leclercq. Adapté d'une BD écrite par la Nordiste Julie Maroh, le film a nécessité cinq mois de tournage (de mars à août 2012) au lieu de deux, produisant 750 heures de rushs. C'est par ailleurs le point noir de ce film. Des techniciens ont dénoncé, la semaine dernière, les conditions de travail et de paiement de ce tournage marathon. «On se renseigne, affirme Vincent Leclerq. Le droit du travail doit être respecté.»