Les gardiens de Rédoine Faïd partie civile

— 
Des enquêteurs devant une porte de la prison de Sequedin détruite à  l'explosif lors de l'évasion de Rédoine Faïd, le 13 avril 2013.
Des enquêteurs devant une porte de la prison de Sequedin détruite à l'explosif lors de l'évasion de Rédoine Faïd, le 13 avril 2013. — M. LIBERT / 20 MINUTES

 

Au moins quatre des cinq surveillants de prison pris en otage par le braqueur Redoine Faïd lors de son évasion spectaculaire de la maison d'arrêt de Sequedin vont se constituer partie civile, a-t-on appris auprès de leur avocat. « On va aller voir le juge d'instruction pour se constituer partie civile, pour avoir accès au dossier et – il ne s'agit pas de faire le travail à la place de la police – essayer de comprendre et tirer des leçons», a déclaré mercredi devant la prison de Sequedin, Me Pascal Winter, défenseur des gardiens.

L'avocat espère, par cette démarche, préparer au mieux un éventuel procès après l'évasion, le 13 avril, de Redoine Faïd, toujours recherché. Me Winter souhaite éviter des «zones d'ombre» lors du procès, mais également «comprendre les failles, tirer des leçons», afin d'améliorer la sécurité pénitentiaire. O.A. (Avec AFP)