Roubaix en pointe sur l'amiante

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Première en France dans l'accompagnement des malades de l'amiante. Une convention sera signée d'ici à la fin du mois entre l'hôpital Victor-Provo de Roubaix et l'association de défense et d'aide aux victimes de l'amiante (Adavamas). Cette dernière deviendra ainsi un partenaire officiel de l'hôpital, avec qui elle collabore depuis 2001. « Cela fait cinq ans que nous avons mis en place des consultations médicales, explique Ghislaine Plé, présidente de l'Adavamas. Grâce à cette convention, l'Adavamas compte obtenir davantage de subventions et donner ainsi accès aux salariés à des scanners plus réguliers. Concernant les maladies liées à l'amiante, nous allons affronter le pire dans les années à venir. » Pour le Nord Picardie, particulièrement touché, 5 949 nouveaux cas de maladies professionnelles liées à l'amiante ont été reconnus en 2004. « La Cram Nord Picardie représente 10 % des dossiers nationaux mais 15 % des dossiers liés à l'amiante », précise Laurent Huglo, de la Gestion des risques professionnels de la Cram Nord Picardie.

D'où l'intérêt du dépistage. « Certaines maladies liées à l'amiante dépistées précocement peuvent être atténuées ou soignées », explique Hubert Barbieux, chef du service pneumologie à l'hôpital Provo, qui par cette charte deviendra le conseiller médical technique de l'association. « Il nous aidera lorsque nous aurons à réclamer une reconnaissance de la maladie devant une juridiction », explique Ghislaine Plé. Enfin, la charte instaurera un suivi psychologique des victimes, via un groupe de parole. Une initiative inédite. « Les personnes qui viennent passer des examens sont en général très inquiètes », précise Hubert Barbieux.

Fanny Bertrand

Une plateforme pour aider les victimes de l'amiante devrait voir le jour début 2007 à l'initiative de l'Adavamas, à destination du public des Flandres et du Douaisis.