A la recherche du poisson perdu

ENVIRONNEMENT Les pêcheurs se font des petites frayères sur le canal de Roubaix...

Gilles Durand

— 

Ces radeaux végétalisés doivent aider les poissons à se reproduire.
Ces radeaux végétalisés doivent aider les poissons à se reproduire. — M.Libert/20 Minutes

Petit poisson deviendra grand si les frayères le lui permettent. Depuis un mois, des abris pour aider à la reproduction des poissons ont été installés sur huit sites du canal de Roubaix. Principaux supports: des ponts d'amarrage ou des structures d'écluses. «Les poissons ont besoin de supports pour venir poser leurs œufs et, sur les berges artificielles du canal, il y a peu d'endroits», explique Emmanuel Petit, directeur de la fédération de pêche du Nord.

Diversifier les espèces

Sur ce canal, environ mille pêcheurs s'adonnent à leur loisir favori. L'installation de ces 83 frayères artificielles (sortes de balais brosses) et de 75 radeaux végétalisés, qui a nécessité 105.000€, doit surtout permettre de diversifier les espèces. Car les carpes, perches, gardons ou sandres sont encore au rendez-vous. «L'an dernier, il m'est arrivé une fois de prendre 84 poissons en deux heures et demie», raconte Mickaël Bourlez, un riverain du canal, passionné de pêche au point d'y passer des heures quotidiennement. Lui voit d'un très bon œil la multiplication de ces lieux de pontes. «Sinon, les poissons sont obligés de se repeupler dans les cailloux et ça les blesse parfois», note-t-il.

«En plus, les radeaux végétalisés vont aider à verdir le canal quand les plantes auront poussé et le réseau racinaire aquatique pourra servir de refuge aux jeunes alevins. Nous avons utilisé les mêmes nattes qu'aux JO de Londres », ajoute Emmanuel Petit. Des perches, espèce la plus précoce, sont, d'ailleurs, déjà venues pondre. «On espère que les autres espèces vont suivre, les mois prochains».

 

■ Impropres à la consommation

Un rapport de l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses), publié en février, mentionnait que, dans le canal de la Deûle et de Roubaix, les poissons prélevés sur cette zone étaient tous impropres à la consommation à cause de la teneur importante en dioxine et en PCB. La plupart des pêcheurs, d'ailleurs, relâche systématiquement toutes leurs prises.