La gare Lille-Flandres lance ses grands travaux

TRANSPORTS Ils devraient durer 30 mois et coûter 18 millions d'euros...

Olivier Aballain

— 

Visuel de la gare Lille-Flandres une fois les travaux terminés.
Visuel de la gare Lille-Flandres une fois les travaux terminés. — DR

Les quais voient passer 21 millions de voyageurs par an: Lille-Flandres est la deuxième gare de province. Mais c’est aussi l’un des coeurs de Lille. La mission est donc double pour la SNCF, qui a lancé mardi une rénovation en profondeur. Il y en a pour 18 millions d’euros et 30 mois de travaux.

• Une gare en ville.

L’ouverture latérale de la gare a été retravaillée vers la place des Buisses. «C’est là, selon Jérôme Bodel, qui a piloté le projet pour SNCF Gares et connexions, «que se situe le véritable coeur de ce quartier de Lille. En plus on facilite le trajet vers d’autres modes de transport». Résultat : la largeur de l’entrée latérale va être doublée en mangeant l’actuel kiosque Relay.

• Une gare... de voyageurs.

«On a eu peur au début qu’ils oublient à qui servait la gare, mais on a été rassurés par le projet final», glisse Dominique Plancke, de la commission transports du conseil régional (qui contribue à hauteur de 2 millions d’euros). Le hall d’accueil va être transformé et fermé par portes coulissantes pour en faire une salle d’attente où la température ne descendra pas en dessous de 12°C. L’îlot central sera également revu pour que la descente vers le métro soit plus fluide. Enfin, des consignes avec un personnel d’accueil seront réinstallées pour améliorer le service aux usagers.

• Une gare de services.

La SNCF veut faciliter la vie de ses voyageurs, dont 61% sont des «pendulaires» (aller-retour chaque jour). «Il leur faut des services rapides car ils arrivent maximum 15 minutes avant leur train», analyse Jérôme Bodel. Au total, le nombre de commerces passera de 5 à 9.

• Une gare d’affaires.

Bureaux provisoires, salles de réunion: un centre d’affaires de 1300m2 va voir le jour, ce qui permet à la SNCF de valoriser des espaces délaissés dans les étages.