La fusillade de Roubaix en correctionnelle

©2006 20 minutes

— 

Un dispositif spécial de sécurité a été mis en place pour le procès qui s'ouvre aujourd'hui au tribunal correctionnel de Lille. Trois Roubaisiens vont y être jugés jusqu'à après-demain notamment pour « association de malfaiteurs en vue de la préparation d'un crime ».

Les faits remontent au 17 octobre 2003. Des policiers repèrent à Roubaix une voiture volée par car-jacking à Lesquin. Alors qu'ils tentent d'intercepter les occupants du véhicule, l'un des policiers est blessé par des tirs de kalachnikov en provenance de la voiture volée. Il subit deux ans d'interruption totale de travail.

Pourtant, les trois Roubaisiens accusés, qui nient, seront seulement jugés devant un tribunal correctionnel. « L'intention d'homicide n'a pas été démontrée par la procédure », justifie le Parquet de Lille. Le présumé tireur, remis en liberté en cours de procédure, est actuellement en fuite. Un mandat d'arrêt a été lancé contre lui. « Peut-être qu'il se présentera à l'audience, réagit le Parquet. Sinon, il sera jugé par défaut. »

Fanny Bertrand