L'exemple alsacien titille Le Nord et le Pas-de-Calais

INSTITUTIONS La fusion des collectivités est une idée qui plaît à certains...

Olivier Aballain

— 

Le siège du conseil général du Nord à Lille.
Le siège du conseil général du Nord à Lille. — M.LIBERT/20MINUTES

À qui le tour? La question se pose en Nord-Pas-de-Calais, alors que les Alsaciens ont rejeté dimanche l'éventualité d'une fusion de leurs deux départements et de la région Alsace. Signe des temps, pour la première fois dans l'histoire, les 156 conseillers généraux du Nord et du Pas-de-Calais vont tenir une séance commune le 4 juillet. Les présidents des deux institutions doivent se rencontrer le 30 avril pour en fixer l'ordre du jour. Développement économique, gestion des inondations, social: «Au moins maintenant, on se parle», commente à l'envi Patrick Kanner, président (PS) du Conseil général du Nord.

Simplification administrative

Certains veulent aller plus loin, à l'image du député du Nord Gérald Darmanin (UMP). Ancien conseiller régional, il a vient d'adresser un courrier à Daniel Percheron, le président (PS) du conseil régional, pour lui demander de suivre l'exemple alsacien. Selon lui, pour les trois collectivités (la région et les deux départements), «cette fusion est une nécessité impérieuse» du fait de la «simplification administrative et politique demandée par nos populations». Hasard ou pas, les trois institutions ont pris une initiative commune ce week-end en annonçant leur souhait de diriger à trois un syndicat mixte autour du devenir de l'ancienne base aérienne de Cambrai. Pour faire décoller la fusion?