La petite appli lilloise qui toilette l'espace public

INNOVATION La ville de Lille a équipé ses agents d'un nouvel outil...

Olivier Aballain

— 

A Lille, une application smartphone pour les correspondants propreté de la ville.
A Lille, une application smartphone pour les correspondants propreté de la ville. — M.LIBERT/20 MINUTES

On pourrait appeler ça la «propreté 2.0». La ville de Lille a présenté, jeudi, un premier bilan de sa nouvelle arme anti-saletés: un smartphone équipé d’une appli «maison» qui permet aux agents de la ville de signaler et traiter toute anomalie repérée dans l’espace public. Le but: accélérer leur résolution.

Des progrès à faire

Dépôts d’ordures, crottes, plaques d’égouts descellées, panneaux dégradés... Françoise Plouvier a de quoi s’occuper. «Coordinatrice cadre de vie» dans le quartier de Lille-Fives, elle apprécie le nouvel outil. «Une photo de près, une de loin, une petite description et on gagne du temps pour régler les problèmes.» «Le signalement est directement envoyé au service concerné», s’enthousiasme Jacques Richir, l’adjoint (MoDem) en charge du dossier. Le repérage sur une carte permet aussi de rationaliser les passages en les regroupant. Une cinquantaine d’agents ont été équipés dans toute la ville. Et comme le logiciel a été développé en interne, le déploiement n’a pas coûté cher. «Maintenant qu’on a vérifié que ça marchait, on va peut-être penser à le vendre à d’autres», plaisante Martine Aubry, la maire (PS) de Lille. Mais il faudra aussi convaincre les riverains. «Dans ma rue les dépôts sont toujours aussi présents, grogne une Fivoise. C’est ramassé, mais le flux est si régulier qu’on ne voit pas de différence.» «Il y a un travail de verbalisation à poursuivre avec la police, admet Jacques Richir. Le ramassage ne doit pas devenir une habitude.»