Roubaix joue la bonne élève de la réforme des rythmes scolaires

EDUCATION Roubaix, fer de lance de la région pour les nouveaux rythmes scolaires...

Gilles Durand

— 

Les élèves du collège St-Adrien près de Lille à la cantine pendant le déjeuner de midi.
Les élèves du collège St-Adrien près de Lille à la cantine pendant le déjeuner de midi. — M.LIBERT/20 MINUTES

Ce sera la première grande ville de l'académie à changer de rythme scolaire. La ville de Roubaix a présenté, jeudi, les grandes lignes de sa réforme. Dès la rentrée, les élèves du primaire devront se lever plus tôt : début des cours à 8h15 jusqu'à 11h45, puis de 13h45 à 15h15. Contrairement à Lille, la ville a choisi le mercredi comme demi-journée supplémentaire, avec un horaire allongé (de 8h15 à 12h15). «Nous allons demander une dérogation car la réforme nous demande des matinées de 3 heures 30 maximum», avoue le directeur de Condorcet, école roubaisienne pilote de cette réforme. «Les activités périscolaires sont prévues après la fin des cours en essayant de faire du sur-mesure école par école», précise Abdellah Tizaghti, adjoint à l'Education de la mairie. Il est prévu de recruter un responsable par groupe scolaire pour organiser le lien entre animateurs et professeurs, soit une trentaine de créations de postes, auxquelles s'ajouteraient environ 210 animateurs à temps partiel. «Cela devrait coûter 1,1 million à la ville si on déduit les aides de l'Etat», annonce Pierre Dubois, maire (PS) de Roubaix. Tourcoing, pour sa part, emboîte le pas de Lille, pour annoncer un report à 2014 de la mise en œuvre des nouveaux rythmes scolaires.