Le pôle I-Trans, un train à prendre

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Pour la première région ferroviaire française, le pôle de compétitivité I-Trans est une chance. Encore faut-il ne pas laisser passer le wagon. Le pôle, dédié aux transports terrestres, doit aider les entreprises à maintenir leur compétitivité dans le secteur très concurrentiel de l'industrie ferroviaire et ses dérivés. Mais le temps presse, comme en témoignent les déboires d'Arbel Fauvet Rail, constructeur de wagons frêt à Douai. L'entreprise, qui emploie 280 salariés, tourne au ralenti depuis plusieurs mois. Les employés continuent à percevoir leur salaire, mais la production est arrêtée. Malgré le soutien du conseil régional, les syndicats craignent un crash social avant même que les premiers projets du pôle ne sortent des cartons. « I-Trans, on n'en a tout simplement encore jamais parlé dans l'entreprise », raconte Annick Klich, secrétaire du CE. Et pourtant le potentiel existe : Bombardier a annoncé en juin la création d'un parc d'activité attenant à son site de Crespin (1 500 salariés), en partie destiné au pôle de compétitivité. Et Alstom a pris la tête d'un projet « prometteur », selon I-Trans, axé sur les nouveaux matériaux.

Reste que, pour Yves Ravalard, directeur scientifique d'I-Trans, « les retombées en termes d'emplois dépendront de l'aboutissement des projets ». Des risques que « certaines petites entreprises ne sont pas prêtes à prendre », remarque l'agence de promotion de la métropole lilloise (Apim), tout en saluant celles qui se sont lancées. Comme Stratiforme, 80 salariés à Bersée : pour cette PME spécialisée dans les matériaux composites, qui fabrique le nez des TGV, l'innovation est capitale. Mais son PDG, Guy Leblon, prévient : « La compétition industrielle est très rapide. I-Trans va devoir passer la vitesse supérieure pour apporter un plus. Pour l'instant ce n'est pas le cas. » Malheur à ceux qui ne pourront pas suivre.

Olivier Aballain

Avec 3 500 emplois directs dans l'industrie ferroviaire et 6 000 induits, la région représente 30 % de l'activité nationale du secteur.