Le Zénith de Lille envisage de changer de nom

SALLES Le cahier des charges du label «Zénith» est trop contraignant...

Gilles Durand

— 

Le Zénith de Lille pourrait changer de nom.
Le Zénith de Lille pourrait changer de nom. — M.LIBERT/20 MINUTES

Le Zénith de Lille va-t-il rester Zénith? la question se pose à la ville de Lille au vu des contraintes du cahier des charges. «Le sujet n’est pas tabou, précise Pierre de Saintignon, 1er adjoint (PS) à Lille. Nous réfléchissons à un statut plus souple, pour la pro- chaine délégation de service public pré- vue en 2016». Installé en tête des fréquentations des Zénith de province, le Zénith de Lille provoque des grincements de dents de part de ses concurrents. Daniel Colling, directeur du Zénith de Paris et cofondateur du label Zénith, estime que la salle bénéficie de «conditions anormales d’exploitation».

Un retrait du label ?

Contrairement à la plupart des Zénith de France dirigés par des sociétés privées, celui de Lille est géré par une société anonyme d’économie mixte (SAEM) qui a également en charge Lille Grand Palais. Une situation qui n’est pas en conformité avec le cahier des charges Zénith, comme le rappelait, en 2011, un rapport de la Chambre régionale des comptes. «Elle expose la ville de Lille et la SAEM à des sanctions qui peuvent constituer en un retrait du label et l’obligation pour Lille de rembourser les 2,59 millions d’euros versés par le ministère de la Culture pour la construction», pointe le rapport. Contacté sur le sujet, le ministère n’a pas donné suite. «La situation, notamment sur le rôle de producteur suscite des débats au sein de la profession», reconnaît Jacques Renard, directeur du Centre national des variétés. Etre producteur permet de percevoir des recettes supplémentaires. «Désormais, on ne fait plus de production», note Aurélien Binder, directeur du Zénith de Lille. En 2012, les 98 spectacles et les 2,9 millions de chiffres d’affaires du lieu ont permis à la ville d’engranger 85000€ d’intéressement aux résultats.