Jugement le 11 septembre pour les anciens de Stora-Enso

SOCIAL Les ex-Stora Enso pourraient toucher 25 millions d'euros d'indemnisation...

Olivier Aballain

— 

Le groupe finlandais Stora Enso, premier producteur européen de papier et de carton, a annoncé jeudi que son troisième trimestre serait moins bon que le trimestre correspondant de 2006 en raison du renchérissement des matières premières et de la faiblesse du dollar.
Le groupe finlandais Stora Enso, premier producteur européen de papier et de carton, a annoncé jeudi que son troisième trimestre serait moins bon que le trimestre correspondant de 2006 en raison du renchérissement des matières premières et de la faiblesse du dollar. — Francois Lo Presti AFP

Ils ne sont plus à six mois près. Licenciés en 2006, les anciens salariés de Stora-Enso, à Corbehem, sauront le 11 septembre si le tribunal de commerce d'Arras leur accorde les 25 millions d'euros d'indemnisation qu'ils réclament à leur ancienne direction. Porteurs, au sein de l'association LGPS, d'un projet de fabrication de papier à base de chanvre, ils poursuivent Stora Enso pour «tromperie». «La direction a appuyé leur projet pendant des mois uniquement pour mener à bien tranquillement son plan de fermeture», a estimé, mercredi, Me Fiodor Rilov. Parlant d'« escroquerie», l'avocat des salariés a rappelé qu'un expert payé par Stora-Enso avait conclu « sans aucun doute » à la faisabilité du projet en mai 2006. Quelques mois plus tard, pourtant, les avocats de Stora-Enso referment la parenthèse en rompant les négocations autour du rachat des machines. «Stora-Enso a toujours indiqué que la revente ne se ferait que pour un projet viable, réaliste et pérenne. Ce n'était pas le cas», explique Me Letko-Burian, pour la direction. Selon un rapport commandé en 2011, il aurait fallu planter 6 000 ha de chanvre pour rendre le projet viable. « D'ailleurs les trois premières années au moins, LGPS comptait produire le même papier que Stora Enso, avait des machines rachetées à la moitié de leur prix. Ce n'est pas sérieux.» Aujourd'hui, les machines n'ont toujours pas été vendues.