L'espoir après le plan social

JUSTICE D'anciens salariés de Stora-Enso attaquent le groupe papetier...

Olivier Aballain

— 

La région soutient les ex-employés de l'usine Stora-Enso de Corbehem.
La région soutient les ex-employés de l'usine Stora-Enso de Corbehem. — M. Libert/20 Minutes

Plus de six ans après, ils bougent encore. Une centaine d'anciens salariés de l'usine Stora-Enso, à Corbehem, assignent le groupe papetier au tribunal de commerce d'Arras ce mercredi après-midi. Rassemblés en association (LGPS, Les géants de papier solidaires) depuis le plan social de 2006, ils réclament 25 millions d'euros à leur ancienne direction. Les mutins reprochent au groupe d'avoir fait échouer un projet « viable » de fabrication de papier à base de chanvre.

Emplois non délocalisables

«On a eu le temps de peaufiner notre projet !», assure Nicolas Cicoria, président de l'association qui, au début, espérait racheter les deux machines arrêtées par Stora-Enso (avec à la clef le départ de 400 salariés). LGPS avait fini par récolter les 9, 5 millions d'euros réclamés par la direction pour les machines 3 et 4. Mais la porte s'est refermée. « On avait signé un accord de vente, ils ne l'ont pas respecté », résume Philippe Pagnien, vice-président de LGPS. Le conseil régional continue à les soutenir. « Cela représente 110 emplois non délocalisables, explique Nicolas Cicoria. Nous avons monté un partenariat avec des producteurs locaux, nous n'avons plus besoin des anciennes machines. Il ne manque que les fonds.»

 

■ mise en vente

L'usine de Corbehem employait encore 780 salariés en 2005. Le site, qui représente aujourd'hui 350 emplois, a été mis en vente par la direction du groupe.