Une épidémie qui se distingue par sa durée inhabituelle

— 

Dix semaines d'affilée au dessus du seuil épidémique (159 malades pour 100 000 habitants) : la vague de grippe n'a pas été aussi intense depuis plusieurs années. Avec encore plus de 1 500 cas pour 100 000 habitants la semaine dernière, le Nord-Pas-de-Calais est d'ailleurs toujours dans le peloton de tête des régions les plus touchées en France. Et la décrue n'est pas pour tout de suite, puisque le nombre de cas a de nouveau bondi après une légère décrue début février.

Peu de cas sévères


Parmi les cas recensés par le réseau SOS Médecin à la mi-février, environ 36 % concernaient des moins de 15 ans. Heureusement, le nombre de cas sévères reste plutôt faible en Nord-Pas-de-Calais par rapport aux autres régions, et également plutôt faible par rapport aux autres années. Sur les cinq cas graves ayant nécessité une hospitalisation en réanimation depuis le début de l'épidémie, aucun n'a été mortel (alors qu'il y en a eu 45 au niveau national). Dans la région, une seule personne victime d'une grave affection reste encore hospitalisée. O. A.