Une déviation qui risque de faire du bruit

©2006 20 minutes

— 

Pour aller en Belgique, il faudra passer par... la Belgique. L'arrêté n'est pas encore pris, mais Daniel Canepa, en préfet de région « responsable », l'a confirmé vendredi : les camions seront privés de voie rapide urbaine (VRU) à partir de la mi-novembre. Du moins ceux qui ne desservent pas la métropole et qui roulent dans le sens sud-nord (lire encadré). De même pour la RN 227 à Villeneuve-d'Ascq, dont les riverains craignaient qu'elle ne fasse office d'itinéraire-bis. Les 3 100 poids lourds quotidiens devront donc désormais emprunter l'axe A 27-A 17. Sinon ? « Amende avec paiement immédiat ou consignation du véhicule au poste frontière de Rekkem », indique le préfet, faisant valoir que ces « quatorze kilomètres de plus » ne seraient « pas forcément une perte de temps », autoroute oblige.

Cette décision était attendue notamment depuis les quatre accidents impliquant des poids lourds, cet été, sur la VRU. Mais elle fâche l'Association des riverains de l'A 27. « Des protections phoniques sont disposées le long de la RN 227 et de la VRU. Nous, on supporte déjà le bruit de 6 200 camions par jour, rappelle la présidente, Agnès Frasque. Et avec 3 000 poids lourds en plus, on n'aurait pas droit à des murs antibruit ? » « Ce n'est pas nécessaire, répond Jean-Louis Hélary, directeur régional de l'Equipement. Selon nos simulations, la différence n'atteindra pas deux décibels... » Soit une intensité sonore supérieure de 25 %. Les riverains jurent qu'ils se battront, notamment avec leurs élus à la communauté urbaine.

A. P.

En raison de l'absence de réponse des autorités belges, qui contrôlent l'accès nord-sud à la métropole, le transit des poids lourds sur la VRU sera interdit sur la voie France-Belgique, mais pas dans l'autre sens.