Les inondations de retour à Lille

MÉTÉO s pluies de l'hiver ne s'évacuent pas...

Olivier Aballain

— 

Les caves et les places de parking de cette résidence du quartier de Fives, à Lille, sont inondées à hauteur d'au moins 30 centimètres par les remontées de la nappe phréatique située juste en dessous.
Les caves et les places de parking de cette résidence du quartier de Fives, à Lille, sont inondées à hauteur d'au moins 30 centimètres par les remontées de la nappe phréatique située juste en dessous. — M.LIBERT/20MINUTES

Cela fait plus d’un mois que les deux ascenseurs du 19 rue de Bouvines, à Lille, ne fonctionnent plus. Et pour cause: le sous-sol de la résidence du Prieuré est noyé dans plus de 30 cm d’eau claire. Ce n’est pas l’eau des pluies torrentielles qui noie ce secteur de Fives, proche de la voie rapide. C’est plutôt l’eau de la nappe phréatique de la craie, gorgée par les précipitations très régulières de l’hiver en cours. Lassés de leurs caves et garages inondés, les habitants pétitionnent pour obtenir des «explications» et, comme en 2001, la reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle.

Aménagements possibles

«Deux phénomènes peuvent se conjuguer», explique Daniel Bernard, hydrogéologue à l’agence de l’eau Artois-Picardie. «Les pluies de ces derniers temps ont détrempé les sols. Et comme la nappe de la craie est à son maximum en février, l’eau ne peut plus s’évacuer.» Cette eau, Dany Deruyck, le boulanger de la rue de Bouvines, l’a vue remonter par le sol de sa cave. «Comme on avait déjà eu le tour, tout était surélevé. Une pompe retire cinquante litres toutes les dix minutes.» Dominique est plus embêtée. A cause de l’ascenseur bloqué, elle ne peut plus sortir de chez elle, au 3e, avec son pied dans le plâtre: «Il faudrait des mesures pour que ça cesse.»

A Lille Métropole, le vice-président Damien Castelain (PS) se dit conscient de l’enjeu. «J’ai demandé à la préfecture de commander une étude hydrogéologique. Nous devons comprendre comment circule l’eau, et si les équipements construits ces dernières décennies, voie rapide, Euralille, TGV, font barrage quelque part». Des installations de pompage pourront être aménagées si nécessaire, comme cela se fait ailleurs à Lille. «La ville s’est construite sur un marais», rappelle Daniel Bernard.