La pollution empoisonne les pauvres

— 

Les secteurs les moins favorisés de l'agglomération lilloise sont aussi peut-être les plus pollués. L'hypothèse est en cours d'examen à l'EHESP (école des hautes études en santé publique), qui se penche aussi sur Lyon et Marseille. Selon les premiers résultats de l'étude à Lille, repris mardi par le site Dailynord.fr, la carte des pollutions au dioxyde d'azote (NO2, qui provient essentiellement de la circulation automobile) se calque bien sur celle de la « défaveur socio-économique ». Traduction : plus pauvres, les secteurs de l'est de Lille et de Roubaix-Tourcoing sont aussi ceux dont l'atmosphère est la plus polluée au NO2. L'épisode de pollution aux poussières en cours dans la région colle d'ailleurs avec ce constat, puisque le niveau le plus élevé est mesuré à Lille-Fives. Toutefois les auteurs de l'étude notent que les communes bordant Lille au nord-Est (La Madeleine, Marcq) font exception, avec un niveau de revenus élevé et une pollution qui l'est tout autant. O. A.