« Une épreuve mieux médiatisée»

— 

Beddeleem rêve d'un nouveau sacre
Beddeleem rêve d'un nouveau sacre — VOLOT / ASA-PICTURES / SIPA

C'est à Disneyland Paris que vont se défier à partir de ce vendredi les huit meilleures équipes françaises. Pour cette première édition de la Leader's Cup, le BCM, coleader de Pro A sera l'un des favoris. Avant de rentrer en scène à 15 h 30 en quart de finale contre Villeurbanne, Hervé Beddeleem, directeur exécutif du club maritime, nous explique l'intérêt de cette compétition.

C'est quoi la Leader's Cup ?

ça remplace purement et simplement la semaine des As.ça rassemble à mi-saison les huit meilleures équipes françaises. Et ça se joue sur terrain neutre, à Disneyland Paris. Le nom a changé et la durée de l'épreuve aussi. Avant ça se jouait sur quatre jours, maintenant c'est en trois journées. Le vainqueur remporte 50 000 euros et se qualifie pour une coupe d'Europe (Eurochallenge).

C'est aussi une compétition qui semble mieux médiatisée que l'ancienne semaine des As…

Oui. La Ligue de basket a vendu cette épreuve à Disneyland Paris qui va l'organiser pendant au moins cinq ans. Ce son eux qui nous logent et qui prennent en charge chaque délégation. C'est plus professionnel, mieux médiatisé. Tant mieux pour le basket français.

Quel sera l'objectif du BCM ?

On veut faire aussi bien que les deux saisons précédentes : aller en finale. On avait gagné en 2 011 et perdu en 2 012. Même si Strasbourg est le favori, on aimerait bien devenir le premier club à gagner cette compétition deux fois en trois ans. PROPOS RECUEILLIS PAR F.L.