Les bâtisseurs de l'habitat participatif

Marie Tranchant

— 

Les réunions permettent de peaufiner le projet d'habitation en commun.
Les réunions permettent de peaufiner le projet d'habitation en commun. — DR

Junie, 38 ans, en rêvait, mais «ne savait pas que ça existait». L'habitat collectif est pourtant un projet en passe de devenir réalité pour cette Lilloise, mère de deux enfants, qui s'est toujours imaginée vivre dans un environnement bienveillant, où on pouvait «s'échanger des services ».

« C'est chronophage, mais énergisant»


En octobre 2011, la mairie de Lille avait lancé un appel à projets dans le quartier des Bois Blancs. Quelques réunions plus tard, des groupes – où « personne ne connaissait tout le monde », ironise Junie – se sont constitués. Deux projets ont finalement été retenus, dont celui des «Voisins du Quai mais pas à l'Ouest», en face d'Euratechnologies. Ici verra le jour d'ici à 2015 un lieu socialement mixte. Au total, dix foyers – cinq propriétaires et cinq locataires – jouxteront deux logements de solidarité. Parmi les parties communes, on trouve un salon, une chambre d'amis, une buanderie et un jardin.

Pour l'instant, une habitation reste vacante et le groupe aimerait que des personnes âgées s'y installent pour constituer un « lieu intergénérationnel ». En attendant, les futurs voisins se rencontrent régulièrement. « C'est chronophage, mais énergisant», témoigne Tania, artiste de cirque de 35 ans. Pour les aider, une société d'aide à maîtrise d'ouvrage, Toits de choix, a été contactée. « Nous intervenons pour consolider leur capacité de réaliser leur projet », précise Stefan Singer, créateur de la société. Les voisins collaborent aussi avec le bailleur social LMH. La mairie, elle, fera un geste sur le foncier. « C'est un manque à gagner pour nous, explique Audrey Linkenheld, élue (PS) au Logement. La cession du terrain sera moins chère que nous l'avons acheté, voire gratuite.» Au final, les logements devraient être moins coûteux que des logements classiques, et le bâtiment, passif en terme d'énergie. Pour ceux qui en rêvent, la mairie compte relancer un appel à projets dans quelques mois.