La dentelle restera bien à Calais

©2006 20 minutes

— 

La dentelle calaisienne ne filera pas en Chine. D'ici à la fin octobre, 800 métiers à tisser Leavers, servant à la fabrication de la dentelle de Calais, vont être classés « mobilier historique ». En clair, il sera désormais impossible de les faire sortir du territoire français. L'affaire remonte à début 2005, lorsque les Renseignements généraux du Pas-de-Calais apprennent que des Chinois cherchent à récupérer les machines pour les démonter. « C'est un savoir-faire départemental deux fois centenaire et il y avait un danger de contrefaçon, explique Bernard Besson, en charge du dossier pour le compte du secrétariat de la Défense nationale. L'intelligence économique peut aussi s'appliquer aux petites entreprises. » Des petites entreprises qui font vivre 1 300 familles dans la région de Calais. Pour autant, Pierre Weymerch, de la CGT dentelle à Calais, relativise. « Pour faire fonctionner un métier Leavers, il faut être compétent. Les Chinois auraient pu faire travailler des Calaisiens pour mettre les machines en route là-bas. Mais je n'en connais pas beaucoup qui voudraient y aller. » Quoi qu'il en soit, l'inventaire des métiers à tisser, préalable au classement, est en cours. La moitié d'entre eux ont déjà été répertoriés.

Fanny Bertrand

La procédure de classement « mobilier historique » est très rare. En France, seuls un avion et quatre métiers à tisser lyonnais en ont bénéficié.