L'affaire Bourahla aux assises de Douai

©2006 20 minutes

— 

Il n'a jamais reconnu les faits. Le procès de Tahar Bourahla s'ouvre aujourd'hui devant la cour d'assises de Douai. Ce Franco-Algérien de 32 ans va comparaître pour le meurtre de Marianne Listoir, une étudiante tuée en octobre 2002 de dix-sept coups de couteau et dont le corps a été retrouvé dans un fossé près de Valenciennes.

C'est la compagne de Tahar Bourahla qui a conduit les enquêteurs sur les lieux du drame. Evoquant le comportement étrange de son compagnon, elle leur a raconté comment ce dernier aurait découvert un sac et les papiers d'identité d'une jeune femme derrière des fourrés. Interpellé à Orly en novembre 2002, alors qu'il rentrait d'Algérie, il nie depuis les faits qui lui sont reprochés. « Il n'a pas été très coopératif, explique Antoine Vaast, avocat des parties civiles. Il conteste tout alors que la famille attend des aveux. » Le spectre d'une ancienne affaire de meurtre non élucidée, dans laquelle Tahar Bourahla avait été entendu, devrait aussi refaire surface dans ce procès, dont le verdict est attendu vendredi.

V. V. (avec AFP)