Les seniors nordistes passent la frontière

©2006 20 minutes

— 

La Belgique, l'autre pays des retraités nordistes. L'an dernier, ils sont ainsi 1 500 à avoir rejoint les structures d'accueil du plat pays. « Avec la canicule, les autorités françaises se sont rendu compte du problème que posaient les personnes âgées. Mais elles ne font que le repousser du côté belge », soupire Philippe Colasse, directeur adjoint du Home Alphonse Marie, à Templeuve, en Belgique. A un kilomètre de la frontière, sa maison de retraite compte ainsi 25 % de résidents français. Le coût moins élevé, la médicalisation plus avancée et la taille plus « humaine » des structures sont les raisons de cet exode. Mais c'est aussi et surtout un manque de lits côté français qui pousse les nordistes vers la frontière. « Dans le Nord, 526 personnes âgées attendent aujourd'hui une place en structure d'accueil », déplore ainsi Laurence Robart, directrice de la solidarité aux personnes âgées dans le département. Une situation d'autant plus préoccupante que l'Insee vient de révéler la plus forte dépendance des nordistes (7,6 % contre 6,7 % sur le plan national). Un chiffre qui devrait encore augmenter de 7 % d'ici à 2015. Et la prévision ne va pas au-delà, quand les baby-boomers deviendront septuagénaires et moins autonomes. Le conseil général reconnaît être face à un « vaste chantier » et compte mettre en place un nouveau schéma d'offre d'hébergement pour 2007-2011. Cela reste pourtant insuffisant pour Philippe Colasse, qui aimerait voir son pays « présenter la facture à la France afin qu'elle réagisse enfin ».

Cindy Hubert

A partir d'aujourd'hui et jusqu'au 29 novembre, Villeneuve-d'Ascq lance débats, rencontres et portes ouvertes autour du thème « être senior à Villeneuve-d'Ascq ». L'Automne bleu sur www.villeneuvedascq.fr