Planète Saturn vers une autre galaxie

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Changement d'orbite pour Planète Saturn. Le magasin de produits électroniques et électroménagers situé à Euralille serait sur le départ. L'enseigne, filiale du groupe allemand Metro, profiterait de la fin de son bail fin décembre pour quitter le centre commercial, qui lui avait pourtant déroulé le tapis rouge six ans plus tôt. L'origine officielle de cette décision ? L'insécurité qui règne dans le centre. En plus des agents de sécurité qui sillonnent Euralille, l'enseigne emploie une quinzaine de vigiles qui gravitent dans ses rayons.

Mais qui hésite à noyer son chien l'accuse d'avoir la rage. La véritable raison de ce départ serait ainsi l'inadéquation entre la clientèle et les produits vendus. Et l'incapacité à atteindre les objectifs, fixés à 20 millions d'euros de chiffre d'affaires annuel à l'ouverture en 2000. « Effectivement, je ne vois pas pourquoi Planète partirait pour des raisons d'insécurité et pas les autres », fulmine Jacques Mutez, conseiller (PRG) en charge des commerces à la mairie de Lille, qui s'inquiète du sort des soixante salariés. Avec la municipalité, Planète Saturn envisage aujourd'hui de transférer son magasin au Plazza de la rue Nationale, toujours en friche. Là où furent longtemps installées les Nouvelles Galeries.

Affecté par l'éventualité de ce déménagement, Christophe Nourtier, le directeur d'Euralille, se veut philosophe. « Il y a eu un avant Planète. Il y aura un après. » A condition de combler les 4 000 m2 laissés vacants.

Thierry Butzbach

Egalement installé à Lomme, Planète avait tenté en 2003 de s'implanter à Faches-Thumesnil pour amortir ses frais de publicité sur trois points de vente, mais n'avait pas obtenu les autorisations nécessaires.